QUI EST ZATTI?

Artémides Zatti est né à Boretto (Régio Émilie, Italie) le 12 octobre 1880. Sa famille, poussée par la pauvreté, émigre en Argentine en 1897 et s’installe à Bahía Blanca.

Là, Artémide a commencé à fréquenter la paroisse dirigée par les Salésiens de Don Bosco, prêtres catholiques dédiés à l’éducation et à l’évangélisation des jeunes les plus pauvres et abandonnés.

À l’âge de 20 ans, il entre comme séminariste dans la maison de formation des Salésiens de la ville de Bernal, Buenos Aires. Là, il fut confié aux soins d’un jeune prêtre tuberculeux. Artémide a également contracté la maladie.

En 1902, il est envoyé à l’hôpital Saint Joseph de Viedma. Il y était accompagné du médecin et prêtre Salésien Evasio Garrone. Avec lui, il demande et obtient de Marie Auxiliatrice la grâce de la guérison avec la promesse de consacrer toute sa vie au soin des malades.

En 1908, après avoir recouvré la santé, il est admis à entrer dans la Congrégation Salésienne comme frère coadjuteur. Il commence à s’occuper de la pharmacie attenante à l’hôpital, la seule de la ville.

Après la mort du Père Garrone en 1911, il prend entièrement en charge l’hôpital, voit à son expansion pour en faire le premier hôpital de Patagonie.

L’hôpital Viedma a été le lieu où sa sainteté a grandi.
Ses journées commençaient tôt :

« A 4h30, je me lève. Méditation et la Sainte Messe. Visite tous les pavillons. Plus tard, à bicyclette, je rend visite aux malades éparpillés dans la ville. Après le déjeuner, une enthousiaste partie de pétanque avec les convalescents.

De 14h00 à 18h00, une nouvelle visite aux patients internes et externes de l’hôpital. Jusqu’à 20 heures, je travaille dans la pharmacie. Nouvelle visite des pavillons.

Jusqu’à 23h, étude et lectures ascétiques. Ensuite, je reste en disponibilité permanente à tout appel ».

En 1914, il opte pour la nationalité argentine.
En 1917, il obtient le titre de « Apte à exercer en pharmacie » à l’Université de La Plata, puis celui de pharmacien.

Don Zatti consacrera quarante ans de vie consacrée au service des malades dans la région de Viedma et Carmen de Patagones, en particulier des plus pauvres.

En 1950, Zatti tombe d’une échelle et est obligé de se reposer. Après quelques mois, les symptômes du cancer se sont manifestés. Il est décédé le 15 mars 1951.

Zatti aimait ses patients d’une manière vraiment émouvante. Il a vu en eux Jésus.

Fidèle à l’esprit de Don Bosco, il a exercé une activité inlassable tout au long de sa vie, à l’exception des cinq jours qu’il a passés en prison… pour avoir reçu un prisonnier à l’hôpital, qui s’est ensuite évadé.

Mais avant tout, c’était un homme de Dieu. L’un des médecins de l’hôpital a déclaré : «Je crois en Dieu depuis que j’ai rencontré M. Zatti.

Sa renommée en tant que « Saint infirmier » se répandit rapidement et le temple de l’œuvre salésienne de Viedma, où reposent ses restes, devint un lieu de vénération populaire.

Cinq ans après sa mort, la ville de Viedma lui consacre un monument. Et en 1975, la communauté a changé le nom de l’hôpital régional en celui de « Artemides Zatti ».

En 1977, les évêques d’Argentine ont demandé au Pape d’entamer le processus pour le déclarer saint. Le 14 avril 2002, le pape Jean-Paul II l’a déclaré bienheureux de l’Église catholique.